Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 07:12

FEDERICO TAGLIATESTA : INSTRUCTIONS AUX ACADÉMIQUES (2005, préface de Pascal Engel;  éditeur: Christophe Chomant).


                 Dans ce petit traité posthume trouvé parmi les papiers d’un étudiant né évidemment dans le pays de MACHIAVEL  et mort tragiquement de façon accidentelle, il est beaucoup question de photocopies. Certains lecteurs de générations plutôt anciennes imagineront facilement cette suractivité fébrile complétée aujourd’hui voire supplantée par le copier-coller. Ils auront en mémoire l’image de cohortes d’étudiants qui vivaient courbés sur un flash vert plus ou moins masqué par un volet de plastique dégradé et  échangeaient feuilles de cours, dactylographies, papiers racornis, froissés, souillés moins pour combler une soif de savoir que pour s’épargner le moindre effort! Comment ne pas saluer alors l’éditeur de ce volume pour le remercier de nous donner,  avant même le plaisir de lire, la joie de voir, de toucher, de tâter un papier de qualité, phénomène devenu rare et coûteux.

    Avec un sens évident de la parodie,Tagliastesta reprend pour notre édification une très ancienne pratique, particulièrement prisée en France et en Europe au XVIIème et au XVIIIème siècles : celle de la Somme de conseils que des hommes de pouvoir (ayant réussi ou échoué) adressent à ceux qui dans un domaine ou un autre veulent s’imposer à tout prix. Le texte peut être sérieux ou critique à force d’ironie.



    Tagliatesta a pour objet d’étude la France, la France républicaine, pays de la probité, de l’égalité. La France, terre d’exceptions intellectuelle et culturelle. La France universitaire, normalienne, cnrsisée.

    Avec méthode et patience, il examine les lois de l’université française, ses différents corps, leurs modes de fonctionnement, leurs voies d’accès, de promotion, de sélection (mot tabou par ailleurs). Il conseille, suggère, recommande comme si tout allait de soi. Au total les mots qui viennent vite à l’esprit sont misère, paresse, incompétence, impéritie, vanité, vacuité. Isolons quelques impératifs et quelques SI dans cette chaîne de conseils, gages de beaux succès: «Si malgré tout cela l'on juge votre travail mauvais ou sans originalité (ce qui serait un scandale) dites-vous que tout bien considéré le métier d'enseignant que pourraient vous procurer vos études n’aurait guère rapporté, et que vous aurez au moins pendant ces années passé votre temps sans trop vous salir les mains ni vous fatiguer. Plaignez-vous sans cesse de l'absence de postes, même les années où les places à l'agrégation augmentent, et suggérez que c’est parce qu’il n’y a pas assez de postes que vous l'avez pas réussi.

    Si vous ratez vos études consolez-vous en pensant que vous aurez cependant acquis assez de métier dans la rédaction de notes de lectures et autres exercices rhétoriques pour devenir journaliste ou chroniqueur de radio dans le domaine des idées ou de la littérature, ou même éditeur.  Vous aurez ainsi le plaisir insigne de critiquer les livres des professeurs qui vous ont collé à vos examens, et de les voir venir ramper à vos pieds pour avoir une notule sur leurs ouvrages dans la presse ou sur les ondes ou un livre  accepté dans vos collections.  Vous pourrez ainsi vous venger aussi de vos petits camarades qui vous méprisaient sur les bancs de l’université et qui sont restés croupir dans la profession enseignante.».

    Tagliatesta venu étudier en France a observé, enregistré avec intelligence et ses conseils rédigés directement en français sont de première main. Le lecteur qui a un peu fréquenté les couloirs de l’Université française n’a plus qu’à faire appel à sa mémoire pour raconter mille destins qui sont en réserve dans cette prose lisse et douce. Et voilà bien l’originalité de Tagliatesta : il vous décrit avec légèreté et élégance, sans élever la voix, sans emphase, sans coup de menton, sans procès déclamé mais avec une ironie seulement insinuante, avec un cynisme qui passe pour le comble du naturel une machine qui fonctionne comme celles de Tinguely.

    Les réformes ont beau passer, le système est toujours en place, encore plus minable, sournois, pervers qu’avant. Avec son tempo, ses espaces (le bureau personnel, quel enjeu!), ses stratégies, sa comédie sinistre. Un accident automobile nous a privé d’un bel esprit et d’une voix qui promettaient. D’autres chapitres seraient venus sous son clavier: il aurait nécessairement complété ses conseils aux femmes et il serait venu tôt ou tard à étudier cette puissante tradition universitaire française du Chic Radical qui vous ouvre toutes les portes et toutes les tribunes.

    Un bel objet, une préface sobre et efficace de Pascal Engel, des conseils qui dépassent la seule université : écoutons Federico Tagliatesta.

 

___________

 

Sur le même sujet on peut lire aussi un texte plus personnel : LES SECRETS DE FAMILLE DE L'UNIVERSITÉ de Judith Lazar publié par LES EMPÊCHEURS DE PENSER EN ROND (2001).

 

J-M. R.

Partager cet article

Repost 0
Published by calmeblog - dans inclassable
commenter cet article

commentaires