Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 16:11

Vous avez une passion pour les romans qui s'achèvent par deux pages de remerciements.

 

Vous avez un mémo à rédiger sur les rapports inter- et intra-générationnels.

 

Vous aimez de façon perverse les soirées diapos à l'ancienne où défilent des destins inconnus dont vous n'avez que faire.

 

Vous vous demandez comment passe le temps pour des stars, des starlettes. Que devient l'équivalent américain et punky de nos immortels  Dick Rivers  et Ronnie Bird?

 

Vous voulez avoir la sensation d'être au cœur de ce qui se fait et se défait.


Vous ne savez pas encore que la ruine n'empêche pas l'amour maternel.

 

Vous connaissez par cœur votre Genette portatif, vous êtes incollable sur la prolepse, l'analepse, l'analepse dans la prolepse et réciproquement, sur le sommaire, sur l'ellipse, sur les voix (multipliées et montrées dans leur impeccable singularité:le journaliste mondain, le plouc, la sœur de l'autiste léger etc.)  et vous visez le mastère....

 

 Vous êtes sûr que la virtuosité technique ne cache aucune indigence.

 

Vous croyez depuis longtemps que la technique en art relève d'une métaphysique.

 

Vous raffolez des romans construits sur une (seule) idée.

 

Vous recherchez les romans fourmillants qui finissent par n'évoquer que cinq ou six personnes.

 

Vous voulez vérifier vos connaissances sur la loi des groupes humains. Avec flèches s'il vous plaît.

 

Vous adorez l'expérimentation mais lisse, sans risques.

 

Vous goûtez la sensiblerie quand elle s'appuie sur l'elliptique et le laconique.

 

Vous soupçonnez que l'intrusion du calcul dans tous les domaines est extrême et qu'ainsi le pathologique prospère mais un roman fondé exclusivement sur le calcul ne vous décourage pas.

 

Le vieillissement vous soucie : qu'étions-nous et que sommes-nous devenus? Quand tout s'est-il mis à se déglinguer?

 

Vous appréciez les puzzles aux parties surdimensionnées qui facilitent la reconstruction.

 

Vous vous demandez si un bar pêché dans l'Hudson est comestible.

 

La vie d'une événementialiste vous fait-elle rêver?

 

Vous vous précipitez sur les récits qui vous font peur devant l'empire de la technique mais qui l'utilisent pour vous rassurer.

 

Vous frissonnez à l'idée de safari ; un rendez-vous secret avec un général génocidaire appartient-il à vos rêves?

 

Vous vénérez les grandes promesses qui engagent toute une vie et vous vous demandez ce qu'elles deviennent.

 

Vous voulez sauter quelques semaines dans votre atelier d'écriture, distancer tout le monde et avoir les félicitations du coach?

 

Vous soupçonnez le pouvoir narratif d'un power point?

 

Vous prisez les phrases  habilement adaptées au niveau culturel de chaque personnage comme "elle était dévorée d'angoisse", "de petite taille-le propre des gens célèbres-(...)"; "Elle l'étreignit, humant l'odeur de blé de ses cheveux"; "Une fois de plus, la chance de Bennie ruisselait sur moi telle une coulée de miel.";"Le bonheur auréole ses cheveux et sa peau.";"La nuit veloutée bruissait dans ses oreilles."?

 

Vous recherchez les romans où le vide est mis en forme. "Les romans-enveloppes" dirait J. Egan.

 

Vous appréciez les allégories transparentes et les mythes comme celui d'Orphée qui condensent un livre et aident bien le lecteur?

 

Vous vous dites que rien ne vaut un happy end qui se dénonce comme tel mais quand même...

 

Vous pensez que citer Proust en exergue vous classe un livre.

 

Vous croyez que le Pulitzer a un sens et qu'il n'a rien à voir avec les "perroquets" du roman.


 

Alors ce livre unanimement salué est pour vous.

 

Vous êtes post-post moderne. Il est déjà hier.

 

 

 

 

Rossini, le 19 février 2013

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by calmeblog - dans roman américain
commenter cet article

commentaires